Doit-on avoir peur du glyphosate ?

Aucun commentaire

Depuis quelques années, le glyphosate, célèbre herbicide emblème de Monsanto (aujourd’hui Bayer) fait plutôt mauvaise presse. Créé en 1974, il est le produit agricole le plus utilisé dans le monde, de par son efficacité et son faible coût. Seulement voilà, les détracteurs du glyphosate sont nombreux et l’accusent de tous les maux : il serait principalement à l’origine de certains cancers comme le lymphome, carcinome, leucémie, mais aussi de certaines maladies du foie et de Parkinson. Pire, une étude publiée dans la revue Nature aurait établi un lien entre le glyphosate et l’impact génétique sur plusieurs générations : les gènes dans le sperme connaîtraient un dysfonctionnement qui aurait pour conséquence l’augmentation de plusieurs pathologies comme l’obésité, les maladies rénales, prostatiques mais aussi ovariennes.

Dans la communauté scientifique le débat reste d’actualité même si les différentes agences sanitaires soutiennent la thèse selon laquelle le glyphosate ne présente pas de risque.

Il est temps de passer à la loupe ce sujet épineux


Que dit la science ?

Soyons clairs : la science n’est pas une opinion, ce sont des faits. Il arrive que des erreurs soient commises, la démarche scientifique reste néanmoins la plus fiable car méthodique. Pour ceux que cela intéresse, je vous renvoie vers Science pop et son article sur le mépris sélectif des Français envers la science…

La plupart des études convergent vers la même conclusion : le glyphosate n’est pas cancérogène au sens où on l’entend. C’est un produit qui peut s’avérer dangereux mais s’il est dilué en bonne proportion, il n’existe aucun risque pour le consommateur.

En 2014, l’institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) a analysé les 30 études du glyphosate sur les animaux de laboratoire et en a tiré la conclusion suivante : « les données disponibles ne montrent pas de propriétés cancérogènes ou mutagènes du glyphosate ». En 2016, une méta analyse américaine conclue que d’après les différentes études analysées, il n’y a aucun lien entre le lymphome, la leucémie, et le glyphosate.

Le CIRC a classifié le glyphosate comme cancérogène probable : dans l’état actuel des choses, la molécule peut bien sûr être cancérigène, comme tout ce que nous ingérons l’est. Tout est question de mesure et d’exposition.

L’OMS s’est d’ailleurs désolidarisée de l’avis du CIRC car celui-ci n’a pas pris en compte la majorité des études prouvant que le glyphosate n’était pas cancérogène.

Je vous mets ici le rapport de l’OMS et de la FAO dont la conclusion est que le glyphosate est un cancérigène peu probable, et cette nuance change tout. Mieux encore, il n’est pas cancérogène par voie orale.


Les différentes condamnations de Bayer (ex-Monsanto)

J’ai entendu à plusieurs reprises l’argument suivant « si Monsanto a été condamné c’est qu’il est coupable d’avoir vendu des produits dangereux »

Oui mais non… Tout d’abord, il existe 13 000 procédures en cours au USA… Nous ne les connaissons pas toutes et n’entendons parler que des plus médiatisées, celles dont les montants d’indemnités compensatoires pètent les plafonds… Dernièrement le record a été battu avec 2,5 milliards de dollars.

Ce chiffre est très évocateur de la volonté des jurés à faire « payer » (au sens propre comme au figuré) ce genre de multinationales… La victoire de David contre Goliath fait toujours fantasmer.
Dès le départ, ils ne sont pas neutres, les histoires plus tristes les unes que les autres n’arrangent rien : il s’agit d’hommes et de femmes mourants ou pas loin de l’être.

Même si certains experts viennent témoigner en faveur de la défense, il y a de fortes chances pour que l’esprit du jury soit soumis à certains biais dès le début du procès.


“Rien n’est poison, tout est poison, seule la dose fait le poison”

Cette maxime de Paracelse, médecin du XVIème siècle, concernant la toxicité des composés chimiques gagnerait à être plus connue.

Concernant le glyphosate, c’est parce qu’il est dilué qu’il perd sa cancérogénité. Si vous buvez de l’eau de Javel pure, vous serez intoxiqué ; pourtant, dans votre bouteille d’Evian, il y a de l’eau de javel, en quantité infime donc inoffensive. Allez-vous arrêter de boire de l’eau pour autant ?

L’invective de vouloir faire boire un verre de glyphosate est souvent posé sous le nez des sceptiques (au sens zététique du terme) avec une pointe de sarcasme convenu.

Boire un verre de Round Up pur n’est pas une bonne idée, car encore une fois, nous parlons de glyphosate dilué, et même ultra dilué.

Je reprends mon exemple d’eau de Javel : imaginons que vous êtes contre ce détergeant car vous avez entendu dire qu’il est toxique, ce qui est vrai. Allez-vous dire à quelqu’un qui n’en met qu’un bouchon dans son seau de 5L qu’il n’a qu’à boire un verre de Javel pure pour voir à quel point c’est dangereux ?

Non vous n’êtes pas idiot (et votre interlocuteur non plus), vous savez bien qu’à un tel niveau de dilution, votre ami ne risque rien en le respirant. Tout comme vous lorsque vous buvez votre eau du robinet javellisée…

Donc à l’avenir, avant d’utiliser cette rhétorique fallacieuse, réfléchissez à un argument plus solide.


Le glyphosate est-il correctement utilisé ?

La France est un des pays qui utilise le moins de pesticides au monde. (source FAOSTAT) De ce fait, la polémique dont il fait l’objet n’est pas vraiment justifiée chez nous…

La dose max d’absorption de glypho journalière que notre corps peut supporter avant qu’il y ait un réel danger pour notre santé est de 0,5mg/jour/kilo… Et la bonne nouvelle c’est que nous en sommes très loin ! En moyenne, nous consommons 12,5µg par jour ce qui équivaut à 0,25µg/jour/kg pour une personne de 50kg : autrement dit, nous absorbons 0,1% de la dose journalière acceptable, soit presque rien !

Cependant, un problème se pose aujourd’hui dans le monde agricole : le manque de protection des cultivateurs lorsqu’ils manipulent ces produits. Beaucoup d’entre eux ne mettent pas de masques, de tenues de protection, de gants, pour manipuler le produit pur avant de le diluer. L’opération en elle-même est rapide mais répétée des dizaines de fois sur plusieurs jours, une fois par an (c’est le nombre limite d’épandage d’herbicide pour une année) pendant 30 ans minimum, associée à d’autres pulvérisations (fertilisants, insecticides et autres produits phytosanitaires), il ne faut pas s’étonner si des maladies se déclarent.

Ici un article assez édifiant sur le manque de protection chez les agri…

Idéalement, les agriculteurs devraient être protégés de cette façon…


Une mouvance altermondialiste qui a gangrené les médias

Les associations écolo et/ou anticapitalistes ont le glyphosate dans le collimateur depuis les années 90 et grâce à la magie d’internet, la polémique a envahi le monde médiatique et les réseaux sociaux. Nous nous souvenons tous de ce reportage d’Elise Lucet qui avait fait uriner des peoples et des anonymes dans des gobelets et envoyer ces derniers à des laboratoires afin de savoir si l’urine contenait des résidus de pesticides. Et bien sûr, il y en avait. L’esprit critique face à ce genre d’info se met bien souvent en vacances (aidé par le ton alarmiste des protagonistes de l’émission): au lieu de se rassurer en concluant que c’est une bonne nouvelle que notre corps se débarrasse de ces produits, on suit la polémique en pensant que les industriels nous empoisonnent.(ce qui n’est pas toujours faux, mais c’est un autre débat)

J’insiste sur le fait que l’urine ne se boit pas (quoiqu’il existe quelques tendances new age pratiquant le contraire), et qu’elle sert à éliminer de notre corps toutes toxines et autres substances non admises par le corps.

Une quantité astronomique de documentaires existent, et le moins que l’on puisse dire c’est que les journalistes sont pour la plupart loin d’être neutres. Souvent, les arguments mis en exergue sont ceux qui amènent de l’eau à leur moulin sans chercher d’autres théories contradictoires.

Ce type de démarche relève du biais de confirmation : je ne vais accorder de l’importance qu”aux informations qui m’arrangent.

Malgré ce que l’on peut entendre, les gens font confiance à ce qu’ils voient à la télévision, et apprécient particulièrement les reportages. Parfois à juste titre : rappelons-nous l’affaire du sang contaminé, de la vache folle, ou encore l’amiante… Ces scandales sanitaires ont fait peur aux populations qui aujourd’hui se nourrissent de manière boulimique d’informations en tout genre, et sont parfois les victimes des vendeurs de peurs que sont certains journalistes. La polémique fait vendre, et c’est bien l’objectif recherché pour ces personnes peu scrupuleuses…

En ce qui concerne le glyphosate, il existe indéniablement une forte influence des médias, créant ainsi une dualité entre ces derniers et les scientifiques, plus discrets, qui ne partagent pas les mêmes idées. La guerre est déclarée… Je vous recommande sur ce sujet l’excellent site de la chèvre pensante.

Mésinformation quand tu nous tiens…


Un point sur le bio

Un petit aparté pour ceux qui vantent les bienfaits de l’agriculture biologique. Voici ce que j’ai trouvé en vrac sur le net :

  • Les pesticides au cuivre telle que la bouillie bordelaise présentent aussi des dangers pour notre santé (alteration du foie et des poumons) . Contrairement au glyphosate qui se dégrade très rapidement dans le sol, le cuivre est également un métal lourd qui pollue, s’accumulant dans les sols jusqu’à dépasser les limites sanitaires, tuant ainsi la micro et macro faune. Le bio, ce n’est pas forcément écologique ni bon pour la santé…
  • Manger bio n’est pas meilleur pour la santé : une étude de la FSA a analysé toutes les études des 50 dernières années concernant le bio, et la plupart s’accordent à dire que ce dernier n’amène rien de plus en termes de santé et nutriments que les produits de l’agriculture conventionnelle.
  • La spinosad, insecticide très toxique utilisé en production bio est dévastatrice au niveau des abeilles… le glyphosate est lui très peu toxique et c’est pourtant lui qui est toujours en ligne de mire…
  • Il faut arrêter la confusion entre le chimique et le naturel : tout ce qui se trouve sur terre est naturel. Nous somme tous composés de molécules et donc d’atomes, donc arrêtons l’amalgame « des produits chimiques » qui seraient un danger. C’est un non-sens absolu. L’eau est un produit chimique (h2o), si j’en bois 8L d’un coup je peux en mourir. Les amandes sont « naturelles » et pourtant elles contiennent du cyanure, il est donc recommandé de ne pas en consommer des kilos. De même qu’une noix de muscade est mortelle si on en ingère une entière…

A ce propos, je vous conseille l’article de Racleto, qui s’interroge sur les acteurs du bio pas si innocents qu’ils veulent bien le montrer. J’ai adoré son analyse pertinente et son humour.


Prenons un peu de hauteur…

Dans un monde où nous atteindrons les 10 milliards d’habitants en un battement de cil, où les inégalités économiques entre pays sont prégnantes, où l’on assiste à une expansion des villes grignotant les campagnes qui nous nourrissent : peut-on se permettre le luxe de retirer les pesticides des marchés ?

Le bio est-il une bonne idée alors que la production exclusivement bio ne saurait être suffisante afin de nourrir toutes les populations ?

La psychose sur les produits chimiques lorsqu’ils sont utilisés à bon escient est-elle justifiée ?

Enfin, devons-nous remettre en question notre propre consommation, alors même que les pays riches doivent faire face à l’obésité grandissante de ses enfants ? (face à des pays où la malnutrition et la famine restent les principales causes de décès.)

Ces questions sont à mon sens, primordiales et bien plus altruistes qu’il n’y paraît : le bio pour tous c’est beau sur le papier mais ça ne peut pas nourrir tout le monde et n’est pas une solution écologique non-plus. Regardons vers le long terme et nous comprendrons avec sagesse que la seule solution viable existe déjà, et qu’il est temps de l’accepter.


Mes autres Sources (pour aller encore plus loin) :

https://www.pseudo-sciences.org/Le-glyphosate-est-il-cancerogene


Meta analyse 2016 https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/03601234.2016.1142748

https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/agriculture/qu-est-ce-que-le-glyphosate-principe-actif-du-roundup_126724

https://www.nature.com/articles/s41598-019-42860-0?fbclid=IwAR24RXhWkEddH4msiIgQj_Tmo-_ojS4WFNjf0eRt9s9EGNDpyYYlhUuGMR0

https://www.lepoint.fr/societe/toutes-les-agences-sanitaires-indiquent-que-le-glyphosate-ne-presente-pas-de-risque-07-04-2019-2306274_23.php

https://www.lepoint.fr/debats/jean-de-kervasdoue-bio-et-bon-ne-sont-pas-synonymes-16-09-2019-2335962_2.php?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&Echobox=1568637164&fbclid=IwAR3HyVVOmQhEkMbX82PrkzaHiWwy7GrttJAFPccrop0UmARpQwuBWqbR4Vg&sfns=mo#xtor=CS1-31-%5BEchobox%5D

http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Systemes-agricoles/Tous-les-dossiers/Le-glyphosate-un-pesticide-parmi-les-autres/Glyphosate-et-environnement-encore-matiere-a-recherche/(key)/1

Ici un EXCELLENT debunk de l’émission d’Elise Lucet https://theierecosmique.com/2019/01/28/envoye-special-glyphosate-escalade-intox/

https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/23/quel-est-le-vrai-du-faux-dans-les-critiques-de-l-emission-d-envoye-special-sur-le-glyphosate_1704353

https://www.planetoscope.com/mortalite/32-nombre-de-deces-dus-a-la-malnutrition-dans-le-monde.html

http://institut.inra.fr/Missions/Eclairer-les-decisions/Expertises/Toutes-les-actualites/Peut-on-se-passer-du-cuivre-en-agriculture-biologique

https://www.theguardian.com/environment/2009/jul/29/organic-food-nutrition-fsa

https://reporterre.net/Les-agriculteurs-bio-defendent-le-pesticide-au-cuivre

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de

Le mot de l'auteur

  • Le mot de l’auteur

    Depuis quelques années, je rêve d’avoir mon blog pour coucher sur « papier » (enfin sur clavier et écran) tout mon ressenti sur l’actualité, l’histoire et mes différentes expériences… Je n’avais jamais vraiment pris le temps, mais aujourd’hui j’ai décidé de consacrer quelques heures par semaine à mes 2 amours : l’écriture et la politique. Enfin, politique oui, mais pas que… je souhaite aborder des sujets aussi variés que surprenants tout en parlant de l’actu politique.
    Mon écriture est simple, tout comme moi. N’imaginez pas des kilomètres de métaphores et autres langages soutenus… ici vous aurez des mots qui parlent à tout le monde.
    Mon but est avant tout de me faire plaisir, et j’espère pouvoir ouvrir le débat (voire l’esprit) avec mes lecteurs, même s’ils ne sont pas nombreux. Je préfère avoir 10 lecteurs avec un esprit pertinent et des arguments constructifs que 1 000 intervenants aux arguments infondés/irréfutables.
    Ce dernier point est aussi une des raisons pour lesquelles je me lance. Depuis plusieurs années, j’ai fait des « fake news » mon cheval de bataille, et parfois je me sens bien seule… j’espère moins l’être avec vous 😉

    Alors je vous attends tous et de tous bords politique ! Avançons ensemble 🙂

    PS : merci à Laure pour le nom du blog 😉

Politesse et respect de rigueur

  • Ce blog est un espace de libre échange entre auteur et lecteurs mais aussi entre lecteurs. Les espaces commentaire ne sont pas des défouloirs. Chaque commentaire sera soumis à modération. Si un commentaire ne respecte pas la charte de notre blog celui-ci ne sera tout simplement pas publié.

    Restez poli-éthiques !

Restez connectés !

  • Afin d’être au courant de la publication de nouveaux articles n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux.

       

Partenaires