23 millions de cowboys dans le monde ! (SPOILER)

Aucun commentaire

Félicitations Rockstar pour le ras-de-marée qu’a provoqué le jeu Red Dead Redemption 2 ! Le 1er opus avait déjà généré 14 millions de ventes en 5 ans, la suite tant attendue en a engrangé quasiment 10 de plus en à peine 4 mois !
Il faut dire que 8 ans d’attente, c’est long… on y croyait même plus… jusqu’à l’automne 2017 où le premier trailer a été dévoilé ! Nous ne rêvions plus ! L’incroyable épopée allait enfin redémarrer !

Pour ma part, j’avais vraiment adoré le 1er volet. Fana de western spaghetti, j’allais entrer dans l’univers Farwest et en devenir l’actrice principale. C’est ce que j’aime dans un jeu vidéo : me retrouver en complète immersion, oublier les tracas du quotidien pour plonger dans cette réalité virtuelle vidéo-ludique.

Red Dead Redemption Attention SPOILER !!!

Red Dead Redemption, c’est l’histoire d’un malfrat désireux de se ranger qui, sous la menace des autorités qui détiennent sa femme et son fils, part à la recherche de ses anciens comparses devenus chefs de bande. Afin d’obtenir sa rédemption (d’où le titre haha) et de mener une vie paisible de fermier avec Abigail et Jack. John Marston, notre héros, repart à l’aventure contre son gré, et remonte chaque cran des différentes hiérarchies dans le but de ramener morts ou vifs les anciens membre de sa bande.
Nous sommes au début du XXème siècle, et John va alors faire des rencontres diverses et variées : une jeune fermière pleine de punch qui va l’héberger contre quelques services, un escroc vendant des médicaments miracles, un pilleur de tombes, et même un dictateur mexicain… Au cours de longues chevauchées, de petites missions secondaires s’enclenchent pour aider un villageois perdu… mais attention ! Certaines rencontres peuvent aussi s’avérer être des embuscades !
A la fin, John ayant accompli ses tâches ingrates, rentre chez lui où il retrouve sa famille. Peu de temps après, l’agent du FBI qui avait obligé notre héros à retrouver ses comparses, débarque chez lui avec une véritable petite armée pour mettre fin à la bande Van Der Linde dont John était le dernier membre.
Cet acte de trahison a été un véritable choc pour moi : je pensais que tout était cool, la famille Marston ayant payé ses dettes envers la société pouvait enfin vivre une vie tranquille au Ranch. D’ailleurs, les missions de John au ranch sont d’un ennui… Rien ne laisse paraître une telle action.
A la mort de John, j’ai terminé le jeu avec son fils, Jack, qui venge son père quelques années après. Je n’ai plus touché RDR pendant presque 2 ans, je n’arrivais pas à me remettre de sa mort (oui oui, ça peut paraître idiot, mais pour moi c’était l’éditeur Rockstar qui me trahissait) ! Puis, je m’y suis remise et j’ai obtenu tous les trophées du jeu en un mois environ.

John Marston dans Red Dead Redemption

Red Dead Redemption 2 (Spoiler encore ! Mais un peu moins)

Le 2ème volet est un préquel du 1er se situant à la fin du XIXème siècle, on y incarne Arthur Morgan, hors-la-loi et bras droit de Dutch Van Der Linde, le fameux chef de bande tant recherché par John par la suite. On retrouve également ce dernier avec qui nous allons faire quelques missions de braquages. La fin du jeu fait la jonction entre le 1 et le 2, et de ce fait, tout s’explique.

Arthur Morgan dans Red Dead Redemption 2


Je ne vais pas dévoiler plus d’histoire car le jeu est très récent, mais j’aimerais le défendre car il a été très critiqué.
Avant toute chose, je ne suis pas une grande fan des jeux du développeur Rockstar : je n’ai jamais accroché à GTA, Max Paine, ou LA Noire. Mais Red Dead, c’est autre chose. Comme pour les autres licences, c’est un monde ouvert, mais il y a ce côté voyage dans le temps qui m’a séduite.
En effet, il y a cet aspect historique où on y fait référence à la guerre de sécession , aux vétérans infirmes abandonnés à leur sort, mais aussi aux prémices de la culture américaine telle qu’on la connait aujourd’hui.
Alors oui, le gameplay est lourd (comme dans tous les Rockstar Game), oui il y a des bugs (même remarque même si je n’en ai pas vraiment eu), oui il y des longueurs… mais en même temps, on retrouvait aussi des longueurs dans le 1er, et c’est normal, c’est un jeu plus ou moins réaliste dans la même lignée que le précédent.
Ton personnage ne fait pas que buter du monde toute la journée et a besoin de se reposer. Il peut lui arriver d’aider des gens, de se faire plaisir en allant voir un spectacle, ou de se prendre une mine dans un saloon avec du whisky bas de gamme ! C’est ce qui fait la richesse de ce jeu, il y a des possibilités d’exploration gigantesques : la pêche, la chasse, les jeux d’argent, la cuisine et autres fabrications, la cueillette etc.
L’action reste tout de même majoritairement présente, n’en déplaise aux détracteurs.
Les paysages sont superbes, et la musique est toujours en accord avec les différentes phases par lesquelles passent Arthur. Chaque mission, même secondaire, ou les rencontres fortuites (souvent sur la route) sont scénarisées avec des dialogues et très souvent une cinématique. Le jeu prend vie et le reste même lorsque l’on est inactif.
Enfin, et c’est bien le point le plus important pour moi : l’émotion tant attendue est au rendez-vous. L’avenir de la bande devient de plus en plus sombre, et les événements qui se succèdent nous laisse déja prédire la fin du jeu… Il n’empêche que tout comme pour le 1, j’ai encore versé toutes les larmes de mon corps. (pour ceux qui rient en lisant, rappelez-vous du dernier film où vous avez pleuré, et imaginez que ce film dure 50 ou 100 heures). On s’attache à ce hors-la-loi au grand coeur, et lors de l’épilogue (qui se divise en deux parties et donc assez long), j’ai eu plusieurs pincements au coeur en retrouvant certaines références et éléments du 1er RDR. Ces élément qui scellent la jonction entre les 2 opus m’ont fait remonter des souvenirs du jeu que je n’avais plus touché depuis plus de 6 ans… c’était sûrement fait exprès, bien ficelé et j’ai adoré.

Pour conclure, même si vous n’avez pas joué au 1er Red Dead, vous pouvez jouer au second, même si vous ne comprendrez pas certaines subtilités, cela reste une histoire indépendante.
Si vous aimez le Farwest et les cowboys, avec un soupçon d’histoire, et beaucoup d’émotions, ce jeu est fait pour vous.

Hasta la vista gringo !

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
  S’abonner  
Notifier de

Le mot de l'auteur

  • Le mot de l’auteur

    Depuis quelques années, je rêve d’avoir mon blog pour coucher sur « papier » (enfin sur clavier et écran) tout mon ressenti sur l’actualité, l’histoire et mes différentes expériences… Je n’avais jamais vraiment pris le temps, mais aujourd’hui j’ai décidé de consacrer quelques heures par semaine à mes 2 amours : l’écriture et la politique. Enfin, politique oui, mais pas que… je souhaite aborder des sujets aussi variés que surprenants tout en parlant de l’actu politique.
    Mon écriture est simple, tout comme moi. N’imaginez pas des kilomètres de métaphores et autres langages soutenus… ici vous aurez des mots qui parlent à tout le monde.
    Mon but est avant tout de me faire plaisir, et j’espère pouvoir ouvrir le débat (voire l’esprit) avec mes lecteurs, même s’ils ne sont pas nombreux. Je préfère avoir 10 lecteurs avec un esprit pertinent et des arguments constructifs que 1 000 intervenants aux arguments infondés/irréfutables.
    Ce dernier point est aussi une des raisons pour lesquelles je me lance. Depuis plusieurs années, j’ai fait des « fake news » mon cheval de bataille, et parfois je me sens bien seule… j’espère moins l’être avec vous 😉

    Alors je vous attends tous et de tous bords politique ! Avançons ensemble 🙂

    PS : merci à Laure pour le nom du blog 😉

Politesse et respect de rigueur

  • Ce blog est un espace de libre échange entre auteur et lecteurs mais aussi entre lecteurs. Les espaces commentaire ne sont pas des défouloirs. Chaque commentaire sera soumis à modération. Si un commentaire ne respecte pas la charte de notre blog celui-ci ne sera tout simplement pas publié.

    Restez poli-éthiques !

Restez connectés !

  • Afin d’être au courant de la publication de nouveaux articles n’hésitez pas à me suivre sur les réseaux sociaux.

       

Partenaires